La crise Greg et la mort du cas Duffy

2 messages

#1 10 (12 novembre 2011 10:02)

Personne n'aura manqué de remarquer la chaude actualité internationale ces dernières semaines. Il est important pour la JSS de s'arrêter sur quelques événements d'envergure mondiale, puisque le club est devenu, depuis peu, le 196ème club reconnu par l'UNESCO, emboîtant ainsi le pas au prestigieux FC Louailles ainsi qu'à l'équipe corpo de Charal (à 14 voix contre 5).

Dans un premier temps, la crise Greg. Pour bien comprendre les enjeux d'un fait mal compris par les français (20% ne comprennent rien, 65% ne connaissent pas Greg, 13% n'ont pas bien entendu le question, 2% n'ont jamais fait de colliers en nouilles, sondage IPSOS), revenons sur l'historique de cette actualité.

Greg est un joueur nomade, acheté par erreur par la JSS sur un site d'enchères alimentaire. A l'époque, le club débourse la bagatelle somme de 45 000 sesterces, ce qui met la ville de Solesmes en léger déficit, obligeant les dirigeants à vendre 3 chaises et un vélleda. Mais surtout, le président de l'époque choisit d'emprunter au club de Pelouailles-les-Vignes règnant alors sur tout l'empire Wisigoths. C'est le point de départ de la crise Greg.

En effet, les années passèrent et le futur "Jérôme Bonnissel", comme le surnommaient les journaux locaux, se révéla une totale imposture footballistique : frasques à répétition, joggings aux couleurs criardes (visibles de la Lune) et apparitions scandaleuses dans la presse people (Auto-Plus, la Canard Enchaîné). Le club décide alors de le vendre : problème, l'expert mobilier de Coulaines l'évalue sur une valeur négative. Les bourses s'emballent, et l'agence de notation Standard and Poor's baisse la note du club de la JSS à GGH. C'est le début de la crise Greg, Pelouailles-les-Vignes ne souhaitant pas effacer la dette du club.

La mort du cas Duffy est beaucoup plus simple à comprendre. Ce chien, dont l'échographie du cerveau a fourni de très bonnes informations sur ce qu'était le vide intersidéral, n'est pas Tripoli. En effet, aboyant sur tout ce qui bouge (troncs d'arbres, statues, murs porteurs), il était censé arriver en mascotte officielle du club. Que nenni. Se prennant des coups de Reebok et de chaussures bateau tous les dimanches, il devient la risée des autres animaux (mis à part les lapins, qui apprécient ses sauts fulgurants et non-maitrisés). Tyran de plus en plus sur sa laisse, il se renferme sur lui-même et mange la clé (jolie performance ceci dit). S'ensuite une période de mutation : plutôt calme, il ne mange plus de capsule de bière et ne voit plus les jambes humaines comme de vulgaires Petra (les Zahia des chiens). C'est l'incompréhension totale dans la sphère animale : perçu comme un danger politique montant, il est abattu à coups de chaines de vélo par le gang des sauterelles. C'est la mort du cas Duffy.

#2 23 novembre 2011 14:57 (23 novembre 2011 14:57)

Et dire que nombre de personnes semblent indifférentes à ça... 

Pendant ce temps là, les gens se lèvent le matin et se couchent le soir ( sauf Pouic qui répète deux fois l'action de se coucher), les gens font la fête (bon les grecs eux la feta, mais on en fera pas un fromage), ils trempent leur journal dans leur café et lisent leurs tartines, se rasent les dents quitte à s'écorcher les gencives pour avoir une haleine bien fraîche. 

Mais cela ne répondra jamais aux questions existentielles : 

"Peut-on tirer des fléches avec l'Arc de Triomphe ? " 

C'est bien triste... 

Réponses

Aucun événement